Déjà inscrit ? Connectez-vous
S.A. Vieille Montagne

S.A. Vieille Montagne

Vous pouvez apercevoir, à votre gauche, l'ancien site d'Angleur de la S.A. la Vieille-Montagne.

Des minerais de zinc sont naturellement présents en Wallonie, plus précisément dans les régions de Moresnet et de la Vieille-Montagne (cantons de l'Est). Pourtant, l'utilisation du zinc pur n'est pas possible jusqu'à ce que Jean-Jacques Dony, un Liégeois, ne mette au point, entre 1805 et 1809, une technique permettant d'extraire de ses minerais, issus de la mine de la Vieille-Montagne dont il acquiert la possession pour cinquante ans, du zinc pur et malléable. Il obtient un brevet d'invention de quinze ans pour cette innovation majeure en 1809. Il ouvre sa première usine à zinc dans le faubourg liégeois de Saint-Léonard la même année. Malheureusement, il tarde à faire des bénéfices et cède sa société à un industriel du nom de Mosselman en 1819.

En 1825, lorsque le brevet de Dony tombe dans le domaine public, la société de la Vieille-Montagne souffre de la concurrence d'autres entreprises belges. Après la mort de Mosselman, c'est son gendre, Charles le Hon qui reprend la société. Entre-temps, elle est devenue en 1837 la Société anonyme des Mines et Fonderies de la Vieille-Montagne. Sous la direction de Louis puis de Gaston Saint-Paul De Sinçay, elle devient une véritable multinationale, notamment à cause de l'épuisement des gisements zincifères belges : elle a des mines en Suède, en Sardaigne ou encore en Algérie dès les années 1870.

Durant le vingtième siècle, la Vieille-Montagne s'affaiblit à cause des deux guerres mondiales, des différentes crises économiques et de la concurrence grandissante. Pourtant, l'entreprise demeure le premier producteur européen dans l'industrie zincifère pendant des dizaines d'années. Elle fusionne en 1989 avec d'autres sociétés pour devenir ACEC-Union Minière. Elle deviendra en 2001 Umicore.

Ce site d'Angleur est aujourd'hui une réserve naturelle car il abrite un écosystème particulier, du fait de sa très grande concentration en zinc.

Sources :
- Brion, René et Moreau, Jean-Louis. De la mine à Mars : la genèse d'Umicore. Tielt : éditions Lannoo, 2006.
- Brion, René et Moreau, Jean-Louis. Urmicore : deux cents ans d'esprit d'entreprise et d'innovation dans les métaux et matériaux. Tielt : éditions Lannoo, 2005.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.