Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le sanctuaire du Haut-Becherel dit « Temple de Mars »

Le sanctuaire du Haut-Becherel dit « Temple de Mars »

Crédit : bertrandroyer.com

Restez sur le même trottoir pendant environ 250m (après le château). Vous voyez les strates de l’ancienne voie romaine. Prendre à droite le chemin d’accès à l’Abbaye de Trégouët, puis grimper la colline jusqu’au Temple.

Sur cette colline, se dresse le plus grand sanctuaire gallo-romain de Bretagne.
Création ex-nihilo, ce monument apparaît comme un instrument politique d’intégration des populations locales et marque l’attachement de la cité coriosolite à l’Empire. Sa construction, compte tenu de l’ampleur et du coût, s’est déroulée en deux étapes et sur plusieurs décennies entre la fin du 1er et le début du 2ème siècle apr.J.-C.. L’ensemble de l’édifice romano-celtique, orienté à l’est, s’organise autour d’une vaste cour sacrée, qui couvre 5000m2 (108m X 98m) et est entourée de 3 portiques surélevés. Il est dit romano-celtique car il adopte dans son architecture une cella (l’espace le plus sacré du sanctuaire) polygonale de tradition celtique, associée au système grec à trois portiques, le tout mêlé à la frontalité des constructions étrusco-italiques. Les colonnes sont de style toscan, ordre architectural romain très épuré.
On entrait dans le sanctuaire par les vestibules qui permettaient d’accueillir, de contrôler et de guider les pèlerins. L’aire sacrée pouvait contenir environ 5000 personnes. Les processions et les harangues des représentants de l’empereur se déroulaient sous les portiques.
La cella octogonale, (tour à l’origine de 22,50 m de haut) dont il subsiste toujours 4 pans de mur, était l’espace le plus sacré du sanctuaire réservé aux sacerdos (prêtres) et aux élites. La cella abritait la statue de la divinité tutélaire, le dieu Mars Mullo. Les pèlerins n’avaient pas accès à cet espace.
Pour prier la divinité, ils tournaient dans la galerie adjacente et déposaient leurs offrandes pour le dieu dans une petite exèdre.
Le sanctuaire fut détruit par le feu, vraisemblablement entre 275 et 290 après J.C. Des incendies volontaires perpétrés lors de pillards des pirates Saxons remontant la Rance, ou de révoltes de paysans contre le pouvoir impérial et l'ordre social. Beaucoup de constructions, édifices publics ou privés, murs ou enclos des alentours ont été construits avec les pierres de ces ruines.
Un parcours d'interprétation en accès libre vous dévoile la vie du sanctuaire.
Glissez-vous dans la peau de notre mascotte Gaius, laissez-vous conduire dans la cérémonie du pèlerin !

Faire le tour du site et revenir sur vos pas, jusqu’à CORIOSOLIS.

D794 22130 Corseul
Lat : 48.4711Lng : -2.14622
0 m

1 informations complémentaires

Visite tous publics

La visite du site est possible pour tous, y compris les personnes en situation de handicap.
Des panneaux d'interprétation permettent de mieux comprendre ce site historique.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris